La 25eme Heure Film Critique Essay

Le Point

par François-Guillaume Lorrain

Voir la critique sur www.lepoint.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Point

L'Express

Voir la critique sur www.lexpress.fr

La critique complète est disponible sur le site L'Express

Mad Movies

Film témoin de la maturité de son auteur, La 25e heure est aussi un poème cinématographique intense et flamboyant.

La critique complète est disponible sur le site Mad Movies

Cahiers du Cinéma

La 25e heure est plutôt une bonne surprise.

Ciné Live

Voir la critique sur www.cinelive.fr

Le Figaro

par Marie-Noëlle Tranchant

Voir la critique sur www.lefigaro.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Parisien

Intense, dur, touchant (...), ce retour en force du réalisateur est réussi.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Les Inrockuptibles

Dernière journée de liberté d'un dealer avant la taule. Un film déprimé mais digne d'intérêt.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

L'Humanité

Film réussi, la 25e Heure possède néanmoins quelques côtés outranciers. A force de vouloir représenter une mafia russe plus vraie que nature, le cinéaste tombe dans l'archétype et flirte avec la caricature. Certaines séquences qui mettent en perspective l'avenir du héros disputent le kitsch au grotesque. En outre, certains personnages, en particulier l'adolescente mutine qui tente de séduire son professeur, apparaissent-ils superflus. Reste qu'en dépit de ces bémols ce long métrage demeure étonnant et envoûtant.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Libération

Tout porte à croire que Spike Lee ne sait plus trop quelles sont ses convictions, s'il en eut jamais, ni à quel saint polémique se vouer. Du moins exprime-t-il ici sa crainte qu'à l'avenir, et selon les revers de l'Histoire, l'histrionisme idéologique mêlé de morgue et de morosité qui lui a tenu lieu d'engagement ne lui soit même plus autorisé. A cet égard, le "fuck you Oussama ben Laden" est une de ses prises de positions les plus claires et saines depuis longtemps.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Novaplanet.com

Un examen de passage amer. Porteur d'un renouveau ? Lee est un cinéaste fataliste, mais essentiel.

La critique complète est disponible sur le site Novaplanet.com

Première

La grande réussite de ce film à haute teneur psychologique tient dans le casting. La sobriété incarnée, Edward Norton confirme qu'il est un très grand.

La critique complète est disponible sur le site Première

Studio Magazine

Voir la critique sur www.studiomag.com

TéléCinéObs

Spike Lee l'énervé fait place à Spike Lee l'artisan : on gagne au change.

La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

Télérama

La dernière nuit du garçon avant la prison évoque le sursis d'un monde. Autour de lui, les autres semblent continuer à titre provisoire, comme s'ils s'attendaient désormais à tout sauf à des merveilles. Le film est touchant en cela : contrairement à la majorité de ses confrères, Spike Lee nous dit combien il accuse le coup.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Zurban

Adapté du roman de David Benioff, 24 heures avant la nuit, ce nouveau film d'un Spike Lee apaisé, rompt avec ses engagements précédents. Pas de lutte sociale revendiquée, mais une tension qui réserve de très bons moments de cinéma.

La critique complète est disponible sur le site Zurban

Africultures.com

Quant à la récurrence de drapeaux américains sur fond de Tours effondrées, elle finit par être quelque peu assourdissante. Il reste la musique (Terence Blanchard) et une cinématographie de grande qualité. La fin est d'une bizarrerie délicieuse qui ne manquera pas d'être critiquée : Spike Lee a le don de finir ses films en queue de poisson.

La critique complète est disponible sur le site Africultures.com

Le Monde

Spike Lee développe une idée simple mais stimulante : la disparition, à la suite des attentats du 11 septembre 2001, de New York, Vienne moderne, havre du cosmopolitisme, et l'apparition d'une ville timorée, qui tourne le dos à son insularité pour se fondre dans le moule étroit de l'Amérique du Midwest.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

MCinéma.com

Cousu d'un suspense haletant, La 25e heure est un polar noir et dense. Une exercice de style plutôt réussi dans lequel Edward Norton est impeccable. Dommage que le réalisateur Spike Lee le délaisse parfois pour des histoires secondaires lourdes et sans grand intérêt.

Aden

Comme d'habitude, pour parler de lui-même et du monde qui l'entoure, Spike Lee utilise toujours les mêmes archétypes communautaires. Non, rien n'a changé : son cinéma est toujours bouillonnant mais son discours manichéen ne nous plait toujours pas.

La critique complète est disponible sur le site Aden

For the 2002 American film, see 25th Hour.

The 25th Hour (French: La Vingt-cinquième Heure) is a 1967 anti-war drama film, starring Anthony Quinn and Virna Lisi. It was produced by Italian producer Carlo Ponti and directed by French director Henri Verneuil. The film is based on a novel by C. Virgil Gheorghiu. It follows the troubles experienced by a Romanian peasant couple caught up in World War II.

Plot[edit]

In a small village in Romania, a local police constable frames Johann Moritz (Quinn) on charges of being Jewish, because Moritz' wife, Suzanna, has refused his advances. Moritz is sent to a Romanian concentration camp as a Jew, Jacob Moritz. He escapes to Hungary with some Jewish prisoners where the Hungarians imprison them for being citizens of an enemy country (Romania). The Hungarians eventually send them to Germany to fill German "requests" for foreign labourers. In Germany Moritz is spotted by an SS officer who designates him as Aryan, frees him from the labor camp and forces him to join Waffen SS. After the war, Moritz is brutally beaten by Russians for being in the Waffen-SS and then arrested and prosecuted as a Waffen-SS war criminal by the Americans. Eventually he is released and re-united with his wife and sons in Germany.

The picture is based on the novel of the same name by Constantin Virgil Gheorghiu. The story line includes Hungary's alliance with Nazi Germany, the forced cession of Eastern Romania to the Soviet Union in 1940 and subsequent events in Central Europe during and after the Second World War.

Cast[edit]

External links[edit]

One thought on “La 25eme Heure Film Critique Essay

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *