Apologie De Socrate Explication Essay




LEATITIA YOGBAGUE





ZENABOU ABOU

YOLOGAZA JONASE











NTSIMI ARIELLE

NTERE HUGUES

DJOUZOU ORNELA









MBEZELE ARMAND

ITOUTOU WIDEL

CHIMI AUDREY











GOUMPO MADJO

NGOMO AIMEE

MBIA LINA








































BETCHEM ANNIE

NGOUEKAM





MFOU’OANDZE







PLAN DE L’EXPOSE
INTRODUCTION

I. DÉFINITIONS DES CONCEPTS

1. La Philosophie
2. La Justice

II. LA CONCEPTION DE LA JUSTICE CHEZ LES ATHÉNIENS

III. LA CONCEPTION DE LA JUSTICE OU DE L'INJUSTICE SELON SOCRATE

IV. EVALUATION ET INTERET
V. Evaluation
VI. Intérêt
CONCLUSION
Lexique
Sources
Observations






INTRODUCTION

De toutes les figures siéminentes qui ont su marquer allègrement l’Histoire de la philosophie de la Grèce Antique, s’inscrit en droite ligne Socrate. Ce dernier à sans doute influencé ses successeurs immédiats : Platon et Aristote partisans de la rhétorique et artisans du bon sens. Socrate qui nait vers 470 avant Jésus-Christ connait un succès réel à la base l’humilité, la Maïeutique5 et la prédilection du verbe qu’a l’écritmême s’il est nécessaire de préciser que ce dernier enseignait sur la place publique appelée Agora où il s’accentuait sur les notions de la connaissance de soi, d’amour et de Justice. Le concept de Justice désigne en philosophie le respect du droit et de l’équité morale, c’est le respect de l’équité toujours à l’égard d’autrui. De ce fait, le problème qui se dégage de ce thème est la manifestation dela justice dans le vécu de Socrate. La question philosophique que l’on se pose est celle de savoir que désignent les termes Philosophie et Justice ? Quelle est la conception de la Justice chez les Athéniens ? Socrate n’a-t-il pas une conception de la Justice ? Quels évaluation et intérêt pouvons-nous faire à l’issue de notre analyse ?






I. DEFINITIONS DES CONCEPTS
1. La PhilosophieÉtymologiquement, le mot français philosophie dérive du grec ancien philosophia, composé de philein, « aimer » et sophia, « la sagesse, le savoir », c'est-à-dire littéralement : l’amour de la sagesse ou l’amour du savoir. À noter que le mot philosophia est effectivement partie du lexique du grec ancien, on trouve des usages attestés dès l'Antiquité. Il ne s’agit donc pas d’une construction modernebasé sur du grec, forme de néologisme courant en français
Les termes  (philosophos) et  (philosophein) apparaissent en quelques occurrences chez les penseurs présocratiques tels qu’ Héraclite, Antiphon, Gorgias et Pythagore, mais aussi chez d'autres penseurs contemporains de Socrate, comme Thucydide ou Hérodote. D'après un écho d’Héraclide du Pont, Pythagore serait d'ailleurs le premier penseurgrec à s’être qualifié lui-même de « philosophe7 ». Toutefois, c'est la pratique qu'en fait Socrate, dans les dialogues de Platon, qui fixera le type de recherche et de questionnement en quoi consiste encore aujourd'hui la philosophie.
Cependant, la philosophie n’admettant pas une définition standard, est donc à cet effet plusieurs fois définie par de nombreux penseurs. C’est ainsi que nouspouvons citer :
Descartes, dans son ouvrage intitulé Principes de philosophie : « (…) ce mot de philosophie signifie l'étude de la sagesse, et (…) par la sagesse (on entend) une parfaite connaissance de toutes les choses que l'homme peut savoir (…) et (…) afin que cette connaissance soit telle, il est nécessaire qu'elle soit déduite des premières causes (…) » De même, d’Alembert, dans Éléments dephilosophie dit : « La philosophie n'est autre chose que l'application de la raison aux différents objets sur lesquels elle peut s'exercer. Des éléments de philosophie doivent donc contenir les principes fondamentaux de toutes les connaissances humaines (…) » Aussi, Renan, dans l'Avenir de la science affirme : « La philosophie (…) n'est pas une science à part; c'est un côté de toutes les...

La mort de Socrate et la philosophie

Platon a fait d’un évènement contingent, à savoir le procès puis la mort de Socrate, un mythe fondateur de la philosophie. Ce mythe modèlera fortement la figure du Sage dans la tradition philosophique occidentale. Car Socrate, à l’approche de la mort, est en effet plus philosophe que jamais : seule la pratique de la philosophie rend la vie digne d’être vécue, et en corollaire, permet d’accepter la mort.

Le procès de Socrate :

On reproche à Socrate les faits suivants :

– son athéisme

– son influence néfaste sur la jeunesse d’Athènes

Platon relate donc la défense de Socrate auprès de ses juges, lequel ne cherche pas à s’excuser ou à se défausser devant la cour, mais plutôt à défendre sa conduite.

Résumé de l’Apologie de Socrate

Socrate affirme que son attitude provient de la prophétie de l’oracle de Delphes, qui a affirmé qu’il était le plus sage des hommes. Reconnaissant son ignorance dans la plupart des affaires de ce monde, Socrate a conclu qu’il doit être plus sage que les autres hommes car il est le seul à avoir conscience de son ignorance : il sait qu’il ne sait rien. Sa mission fut donc de diffuser ce message, en faisant comprendre aux gens qu’il rencontrerait qu’il doivent accepter leur ignorance. Ce qui provoqua l’admiration des jeunes, mais le mépris du peuple.

Dans un passage célèbre, Socrate se compare à un taon piquant un cheval paresseux, symbole de l’État athénien. Sans lui, Socrate affirme que ‘Etat peut dériver vers un profond sommeil. Son but n’est donc que d’irriter les citoyens pour les réveiller de leurs soi-disant certitudes.

Socrate est déclaré coupable, de peu, et est invité à proposer une sanction. Socrate suggère d’abord en plaisantant que l’Etat organise en son honneur un grand repas, puis plus sérieusement offre de payer une amende. Le jury rejette sa proposition et le condamne à mort : Socrate accepte stoïquement le verdict. Il fait observer à tous que nul ne sait ce qui se passe après la mort, il est donc insensé de craindre ce que l’on ne sait pas. Il met également en garde les jurés qui ont voté contre lui, en affirmant qu’ils se nuisent plus à eux-mêmes qu’ils ne lui ont causé du tort car ils perdront le soutien de la jeunesse.

Analyse des thèmes

L’apologie est une de ces œuvres rares qui comble le fossé entre philosophie et littérature. Cette oeuvre de Platon cherche plus à dresser le portrait du philosophe idéal qu’à poser des thèses philosophiques. Platon, à travers l’Apologie, montre que Socrate incarne la philosophie. On peut également y associer trois grands thèmes de la pensée socratique: l’ironie socratique, la maïeutique, et les préoccupations éthiques. Cette présentation du philosophe-type nourrira l’ensemble de l’histoire de la philosophie. L’image du Sage sera celle d’une victime, méprisée et incomprise de ses contemporains, condamné par l’ignorance de son public. On voit clairement la résonance de cette thématique avec l’Allégorie de la Caverne, dans laquelle le philosophe, porteur de la vérité, reste incompris des hommes enchaînés et vivant dans l’ignorance.

Plan de l’Apologie de Socrate :

Premier Discours sur la culpabilité de Socrate :

I. Exorde

II. Plan du développement

III. Réfutation

A. Les anciens accusateurs

1. Partie négative : ce que Socrate n’est pas

  • a. Socrate n’est pas un penseur de la nature
  • b. Il n’est pas un sophiste

2. Partie Positive : ce que Socrate est vraiment

  • a. la réponse de l’Oracle
  • b. L’enquête sur le sens de cette réponse
  • c. Les résultats de l’enquête

B. Des nouveaux accusateurs : Interrogatoire de Mélétos

1. Introduction

2. Sur l’éducation

3. Sur l’athéisme

4. Conclusion

C. Conclusion générales sur les charges allégées contre Socrate

One thought on “Apologie De Socrate Explication Essay

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *